OBSERVATIONS RELATIVES AU PROJET DE FERME AQUACOLE DE GOLFE JUAN

Conclusions de Mathilda BOSSI
Étudiante en Master 2 Droit de la mer et des activités maritimes

Je m’oppose au projet de ferme aquacole de Golfe Juan eu égard à plusieurs causes :

- 1 La première raison tient au fait que l’étude d’impact de cette ferme aquacole n’évalue pas les incidences d’une éventuelle fermeture ou démantèlement du site aquacole. En effet, ce sont des opérations obligatoires qui permettent le bon fonctionnement de la ferme aquacole. Néanmoins, celles-ci sont néfastes pour l’environnement et peuvent causer différentes pollutions : pollution sonore, pollution par micro-déchets...

- 2 La deuxième raison tient à l’existence d’une zone Natura 2000 « Baie et Cap d’Antibes — îles de Lérins », d’une zone naturelle d'intérêt floristique et faunistique (ZNIEFF) 1 mais également du Sanctuaire Pelagos qui est un espace marin de 87 500 km2 où plus de sept espèces différentes de mammifères marins sont protégées. En effet, un riche contexte écologique est à prendre en compte au sein de cette aire marine protégée : les paysages littoraux et marins constituants l’attractivité du territoire, les herbiers de Posidonies, les 8 000 m3 de récifs artificiels, les roches biocénoses à coralligènes…

Lire la suite...OBSERVATIONS RELATIVES AU PROJET DE FERME AQUACOLE DE GOLFE JUAN

Enquète publique sur la ferme aquacole entre Cannes, Golfe-Juan et les Iles de Lérins

Voici notre avis déposé le 22/02/2023, concernant l’enquête publique pour la création éventuelle d’une ferme aquacole entre Cannes, Golfe-Juan et les Iles de Lérins, Département des Alpes-Maritimes
Sur 14 000 m2 en surface pour produire un minimum de 820 tonnes de Bars et de Daurades.

Notre association, l’ADDA, est contre l’implantation d’un tel élevage intensif et donne un avis défavorable, pour de multiples raisons :
I) En cause et objet principal de nos statuts : le Bien-être animalier.
La loi n° 76-629 du 10 Juillet 1976 relative à la protection de la nature, Chapitre II De la protection de l’animal, dit dans son Article 9 :
- Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.
Ce n’est pas le cas ici. La loi du 10 Juillet 1976 n’est pas respectée.

Les poissons, animaux aquatiques, sont des êtres sentients :
Confère : Victoria Anne Braithwaite et Lynne Sneddon.
Les cages si grandes soient-elles ne peuvent pas respecter les impératifs biologiques des bars et des daurades.
L’implantation d’une telle ferme aquacole concernant bars et dorades serait donc considéré aujourd’hui comme illégale.
Il est temps que la loi de 1976 soit définitivement respectée.

Lire la suite...Enquète publique sur la ferme aquacole entre Cannes, Golfe-Juan et les Iles de Lérins