SUR L'ELEVAGE DES VISONS EN FRANCE

De l’assemblée Nationale : Une question orale de Loic Dombreval, sur les élevages de visons, ce 24/11/2020:

Député Loïc DOMBREVAL"Dimanche 22 novembre, la France a abattu un millier de visons dans un élevage d'Eure-et-Loir à la suite de la détection de leur contamination au coronavirus Sars-Cov-2.
Sur les quatre élevages français de visons, un deuxième a été testé négatif. Il reste donc deux élevages dont la situation sanitaire est en cours d'évaluation, leur statut sanitaire sera connu dans les prochains jours…..
Madame la Ministre de la transition écologique, le 29 septembre, vous avez annoncé la fermeture progressive des élevages de visons sous cinq ans.
Compte tenu de la situation, je suis d'avis qu'il faut les fermer dès 2021 en accompagnant financièrement et socialement la reconversion des éleveurs, grâce au plan de relance, par exemple...
Quelles décisions comptez-vous prendre pour gérer cette situation sanitaire préoccupante ? "

barbara pompiliRéponse de Barbara Pompili, ministre de la transition écologique :
« Monsieur Dombreval, depuis le mois de mai, des dispositifs spécifiques de surveillance de la covid-19 sont déployés dans l'ensemble des élevages de visons….
C'est dans ce cadre qu'ont effectivement été détectés, dans un élevage de visons d'Amérique situé en Eure-et-Loir, des animaux contaminés par la covid-19.
Bien sûr, pour ne prendre aucun risque, nous avons immédiatement ordonné l'abattage de mille animaux de cet élevage ainsi que l'élimination de produits qui en sont issus.
Les éleveurs concernés ont été testés négatifs au virus mais font évidemment l'objet d'une surveillance médicale renforcée. Les analyses en cours détermineront si d'autres animaux ont été contaminés par le virus ou son variant. Nous savons déjà que l'un des trois autres élevages ne présente aucun signe de contamination ; nous attendons les résultats concernant les deux autres...
Nous avions annoncé la fin des élevages de visons d'Amérique pour leur fourrure d'ici à cinq ans ; une concertation est en cours avec la filière pour mettre progressivement fin à cette activité tout en travaillant à la reconversion professionnelle des éleveurs. Ce temps de concertation reste nécessaire, et nous prendrons les décisions qui s'imposent une fois le résultat des tests obtenu.
Vous le voyez, nous sommes mobilisés pour répondre à l'urgence sanitaire mais aussi pour mettre en oeuvre les mesures relatives au bien-être animal, en nous efforçant de concilier les deux objectifs ; encore une fois, je sais pouvoir compter sur votre soutien ».

On peut se poser les questions :
Ne peut-on pas se passer d'élevages de visons en France ?
La Ministre de la transition écologique vous semble-t-elle prête à saisir l’occasion de cette transition ?
Ne peut-on en cette occasion malheureuse accélérer l’éthique et le droit entre les humains et les non-humains ?

C.R.