Réponse à Franck Leclerc, Journaliste à Nice Matin sur l'Interview de Bernard-Henri Lévy

Bonjour Monsieur Leclerc,

J’ai lu avec intérêt votre interview de B.H. Levy, ce jour, 12 juillet, dans Nice-Matin, en page 17.
J’ai été surpris par sa réponse à votre interrogation « Consommer moins, n’est-ce pas une bonne chose ?»
À cette question il répond  "Je n’en suis pas sûr. J’aime les sociétés généreuses, dispendieuses.Il y a eu dans l’antiquité des sociétés fondées sur la frugalité. Ce n’étaient pas celles où il faisait bon vivre…C’est un point que les écolos devraient quand même éclaircir ».

 Je souhaite lui répondre pour éclairer vos lecteurs et sa lanterne (si vous voulez bien lui faire parvenir ce mail).
B.H. Lévy a oublié que des siècles sont passés entre l’exemple qu’il prend et notre époque.
Bien sûr que les écologistes et les animalistes, dont je fais partie, ont réalisés les conséquences de cette frugalité !Non seulement il fera bon vivre mais surtout on pourra continuer à vivre, ce qui n’est pas certain en consommant comme nous le faisons maintenant.
Tout le monde gagnera à consommer moins : La planète, les humains, les animaux non-humains, le monde végétal, le monde minéral.
- La planète c’est à dire l’eau, l’air, la terre, redeviendront libres de pollution et le climat pourra faire un retour à la normale.
- Les humains auront une meilleure santé et collectivement les nations auront un but commun qui les rendra solidaires.
- Les animaux non-humains ne seront plus élevés, exploités et tués par milliards dans des conditions lamentables.
- Le monde végétal sera économisé, protégé, respecté, valorisé et retrouvera son rôle primordial de purificateur.
- Le monde minéral sera lui aussi économisé ou « écologisé » c’est à dire préservé pour l’utilisation des générations à venir.
On est bien loin des considérations uniquement fiscales et nombrilistes auxquelles s’est arrêté également  Monsieur Lévy.

Je pense que monsieur Lévy a certainement autre chose à dire et sur un ton moins condescendant que cette réaction anti-écolo primaire, incompréhensible de la part d’un homme aussi cultivé.

Christian Razeau
Membre fondateur de l’Association pour le Développement du Droit Animalier ( ADDA ) -  https://asso-adda.org