Rapport sur l'expérimentation animale

Par Camille Antimi,

L'ADDA est heureuse de pouvoir vous présenter le rapport de Camille Antimi sur la réalité de l'expérimentation animale et de ses alternatives.

" Méconnue et peu médiatisée, l'expérimentation animale en Europe tue dans des souffrances psychologiques et physiques des millions d'animaux tous les ans pour des résultats plus que discutables, voire sans aucun intérêt. Le dernier bilan officiel de la Commission Européenne tend à minimiser les incroyables chiffres européens de cette industrie de l'horreur.
Chaque année, des millions d'animaux de toutes espèces sont utilisés en laboratoire dans le cadre d'expérimentations médicales qui tentent de reproduire ce qu'il adviendrait dans un corps humain, notamment pour tester l'efficacité de traitements médicaux potentiels mais aussi pour constater les dégâts de la cigarette, des particules diesel, des produits d'entretien, de décorations..."

A télécharger ici
Ou sur la page du site Bibliographie/Journalistes


 

L’Espécisme : identité humaine et statut de l’animal

L’Espécisme : identité humaine et statut de l’animal

GGandolfo
Par Gabriel Gandolfo, Docteur en neuro-sciences, Maitre de conférence, Université Nice Côte d'Azur
Et Michèle Teboul, Professeur des Universités, Physiologie, Université Nice Côte d'Azur

L'article de synthèse du colloque du 11 Avril 2014 à la Faculté de droit et de science politique de Nice Sophia Antipolis : «L’animal de demain: sujet ou objet ?»
A consulter et télécharger en page Bibliographie/Scientifiques du site


Rencontre pour la journée "Océans" de l'UNESCO


Rencontre en rade de Nice pour la journée « Océan », du 8 juin 2020 lancée par l’Unesco, de l’ADDA, avec la liste Nice Ecologique et Guillaume Nery, quadruple recordman du monde de descente en apnée et champion du monde dans la catégorie poids constant (plongée descente et remontée à la force des palmes).
103244122 3850108848338741 8055316279805542352 o

L’accessibilité et l’intégration du chien totalement insuffisantes à Nice

 

Madame, Monsieur,

    En page 15 du Nice Matin du 1/06/2020, vous faites état de la Rédaction de "30 Millions d’amis" qui aurait noté une amélioration de l’accessibilité et de l’intégration du chien dans la ville de Nice !
Villes 2020
Il serait intéressant de savoir qui, parmi la Rédaction, aurait noté cette amélioration ?
Car pour nous, qui vivons sur place, rien n’a changé sous notre merveilleux soleil :

- toujours pas plus de parcs aménagés pour être ouverts aux chiens sous la surveillance de leurs maitres.
- toujours pas de plage salubre dédiée aux maitres et aux chiens.
- toujours l'absence de sacs d’hygiène dans les distributeurs de sacs prévus à cet effet.
- toujours pas plus de moyens techniques et financiers pour les capteuses et nourriceuses de chats libres.
- toujours cette tendance à traiter la protection animale comme la dernière roue de la charrette municipale, lorsque ce n’est d'empêcher les animaux les plus proches de nous de vivre. Ex : avec les plans destructeurs contre les pigeons et les goélands).

Merci de votre attention,

Christian Razeau,
Membre fondateur du Collectif animalier du 06 Membre fondateur de l’Association pour le Développement du Droit Animalier

La pandémie par Gabriel Gandolfo

GGandolfo
Gabriel Gondolfo docteur en neuro-sciences, maitre de conférence, Université Nice Cote d'Azur

Bonsoir mes ami.e.s,

J’espère que vous allez le mieux possible.

Je vous fais parvenir ce qui me semble être d'intéressantes réflexions retransmises par L214.
Que vous inspire cette infection pour les relations homme-animal passées, présentes ou à venir ?

"Que les animaux sauvages soient la source de certains virus c'est bien connu notamment depuis le VIH: il se trouvait à l'état endémique dans certaines régions d'Afrique chez le Singe que les populations locales mangeaient. Ensuite on sait comment le Sida s'est propagé par transmission sexuelle.
Est-ce que les animaux d'élevage peuvent être la source de virus? Normalement leur état sanitaire devrait être contrôlé, ce qui varie selon les Etats. A défaut d'en être la source (rien ne le prouve jusqu'ici) ils peuvent bien sûr être contaminés (par exemple par des fientes d'oiseaux sauvages) et l'intense promiscuité va favoriser la propagation du virus: c'est aussi valable pour l'Homme !"

C'est tout ce que je peux vous dire.
Protégez-vous par le confinement ainsi que vos proches.